• A mi chemin entre le rap et la poésie, le slam est un très bon moyen d'entrer dans l'écriture. Le slam permet de travailler de nombreux aspects de l'écriture poétique tout en étant proche de l'oral. Les élèves apprécient la liberté offerte par le slam. 

    J'ai déjà mené des projets slam en 4e ( pour moi c'était le thème libre mais on peut le rattacher sans souci à "Dire l'amour") et en 3e ( en lien avec l'autobiographie). 

    Il faut compter environ 10h ( hors travail à la maison) pour mener le projet de bout en bout ( de la création à l'oralisation). 

     

    1) Travail préalable : écouter des morceaux de slam 

     Le slam étant un genre un genre souvent inconnu des élèves, il est indispensable qu'ils en écoutent pour s'imprégner du style. On ne peut pas écrire un slam si on n'a pas de référence. 

    Je propose donc aux élèves une playlist ( disponible ici) et ils doivent écouter une vingtaine de morceaux parmi tous les thèmes proposés :  

    - La ville

    - Parler de soi

    - Sur l'acte d'écrire...

    - Textes engagés 

    - L'amour

    - La famille 

    - Le deuil 

    - Vivre ensemble 

    - Portraits

    - Moments de vie

    - Jeux poétiques et humour 

    J'encourage les élèves à écouter des morceaux de plusieurs artistes différents. Chacun a son style. Grand Corps Malade est le plus prolifique mais il n'y a pas que lui. D'autres chanteurs comme Abd Al Malik se rapprochent plus du rap. 

    Les élèves doivent consigner leurs écoutes ( et lectures parce qu'il faut aussi lire les paroles) sur leur carnet de lecteur. Ils doivent écrire leurs impressions, les phrases qui leur plaisent, les effets de style et de rythme qu'ils ont repérés. C'est important d'analyser les morceaux pour comprendre les mécanismes de l'écriture ( et donc pouvoir écrire par la suite). 

     

    2) Les caractéristiques du slam 

    A partir des impressions des élèves, on dresse tous ensemble les caractéristiques du slam. 

    On peut faire aussi une analyse détaillée d'un ou plusieurs morceaux pour bien poser les choses. 

    On insistera sur les caractéristiques suivantes : 

    - le texte raconte une histoire. Personnel ou à caractère universel, le texte de slam doit avoir un message à passer. Le texte doit être dense. L'histoire doit être le point de départ de toute la création. 

    - le texte est ancré dans le réel, souvent dans le quotidien

    - le texte est poétique : si le vocabulaire est emprunté au quotidien et souvent familier, le texte n'en reste pas moins très poétique. On y retrouve les figures de style et les procédés propres à la poésie. ( dans une progression annuelle, il est donc assez pertinent de placer un projet slam après la séquence sur la poésie...). 

    - le slam est un art oratoire : le slam est fait pour être dit, offert. Il doit être rythmé autant par la syntaxe, par les mots que par la voix.

    J'ai sélectionné quelques morceaux ( sélection disponible ici)  grâce auxquels on peut travailler autour des outils suivants : 

    - faire des jeux de mots

    - écrire des anaphores 

    - construire une métaphore filée 

    - travailler le rythme et l'intonation 

     

    3) Un exercice pour jouer avec les mots  

    Sur le modèle du texte de Grand Corps Malade " Les lignes de la main", je demande aux élèves de créer des jeux de mots avec le son "ver". On cherche tous les mots qui comportent ce son, on les liste et chacun doit proposer quelques vers contenant des jeux de mots. Cet exercice les amuse beaucoup ( il faut avouer que les textes manquent souvent de sens) mais il leur montre que l'on peut s'amuser avec les mots et que la langue française est très riche. 

     

    Enseignants - Projet Slam 4e-3e

     

    4) Deux petits exercices pour introduire l'oralisation

    A partir de textes de Grand Corps Malade et Souleymane Diamanka : 

    - "Tout seul je vais vite..." -->  Je copie le jeu que Grand Corps Malade fait dans son dernier concert autour d'un de ses refrains : "Tout seul je vais vite, ensemble on va loin ; l'esprit d'équipe comme un refrain".

    On coupe la classe en deux "équipes" : l'équipe bleue et l'équipe verte. Chaque équipe dit plusieurs fois le premier bout de phrase ( plusieurs fois l'équipe bleue et ensuite l'équipe verte). Il faut que ça raisonne comme une sentence, il faut être déterminé. 

    Quand les élèves ont leur phrase en bouche on fait alterner les deux équipes. Le professeur fait office de chef d'orchestre. 

    On répète l'exercice avec la deuxième partie du refrain. Les élèves se prennent vite au jeu et comprennent le côté incantatoire des phrases et l'importance de l'intonation et du rythme. 

    - " Si quelqu'un te parle avec des flammes..." --> J'aime beaucoup ces phrases de Souleymane Diamanka :

    " Si quelqu'un te parle avec des flammes, réponds lui avec de l'eau.

    Sache que le seul combat qui se gagne est le duel qui devient duo". 

    Cette fois-ci je mets les élèves debout en cercle. Un premier élève clame la première partie du premier vers et "l'offre" à un autre camarade. Il l'offre avec sa voix mais avec son corps aussi. J'insiste sur la dimension théâtrale de cet exercice. Le camarade qui reçoit la phrase offre la deuxième partie du vers à un autre élève. Et ainsi de suite... 

    Quand le premier vers a bien tourné, on recommence l'exercice avec le deuxième vers. Ensuite on enchaîne les deux vers pour recréer une force incantatoire. Là encore ça marche vraiment très bien. 

     

    5) La recherche des idées

    Il y a plusieurs façons de faire pour lancer l'écriture : 

    - partir d'un thème, d'une histoire à raconter, d'une anecdote 

    - partir d'une phrase d'accroche : une phrase qu'on aime bien, une citation, un proverbe...

    J'autorise les élèves à réutiliser des phrases qu'ils ont écrites sur leur carnet de lecteur. Ils peuvent les réutiliser tel quel ou les modifier. 

    L'année dernière, nous avons fait un mur de citations : les élèves ont écrit les phrases qui leur plaisaient dans les textes d'auteur ou leurs phrases à eux. C'était très inspirant pour tout le monde. 

    - Choisir une structure pré-construite : Les élèves en difficulté, peuvent écrire un slam à la manière du "je me souviens" de George Perec ou de "Je suis" de Big Flo et Oli. En général, ça leur permet de démarrer et ensuite il s'en détachent. 

     

    6) Le premier jet 

    Une fois que l'élève sait ce dont il veut parler, il jette les premiers mots, les premières phrases "en vrac". On ne cherche pas au départ à faire des rimes ou à construire un texte parfait. On cherche à trouver ses marques, à trouver le vocabulaire adequat.

    On incitera ensuite les élèves à faire une recherche approfondie du vocabulaire, des familles de mots à utiliser et des réseaux de sens. 

    On insistera sur le fait que cela prend beaucoup de temps d'écrire un texte abouti. Il ne faut pas se précipiter ni se décourager. 

    Je préfère personnellement que chacun écrive son texte mais si des élèves veulent travailler à deux je les laisse faire ( et quelquefois c'est juste un tremplin pour trouver des idées et ensuite chacun écrit son propre texte). 

     

    7) Le "gueuloir" 

    Même si le texte n'est pas terminé, tout le monde doit lire quelques phrases. Ce n'est pas un exercice facile pour les élèves mais c'est bien nécessaire. Je me prête aussi à l'exercice avec un petit texte humoristique pour briser la glace. 

    A la fin de chaque prestation, les autres élèves font des commentaires, proposent des améliorations. C'est une étape très importante de la création. 

     

    8) L'amélioration du texte 

    Quand le texte est assez avancé et que j'ai apporté les premières corrections, nous revenons sur quelques points techniques. C'est l'occasion de revenir à la liste de morceaux proposée au début de l'article si cela n'a pas été fait au début du projet : ( sélection disponible ici). 

    C'est le moment du projet où je pousse les élèves à travailler à plusieurs. Chacun lit le texte de l'autre et donne des conseils, des améliorations.

     

    9) La phase finale

    - Chaque élève m'envoie son texte. J'apporte les ultimes corrections et fais un recueil des textes. Chacun repart avec son petit recueil ( et il y a toujours une page réservée pour les dédicaces, ça c'est important !). 

    Enseignants - Projet Slam 4e-3e

     

    - Chacun s'enregistre en train de clamer son texte. Ceux qui veulent peuvent mettre de la musique. Une ou deux séances ont été réservées à l'entraînement ( en demi-groupe de préférence). Je centralise toutes les productions et envoie la compilation à tous les élèves. 

     

    Comme tous les projets c'est assez chronophage mais cela vaut vraiment le coup. Les élèves apprennent beaucoup et font de vrais progrès à l'oral comme à l'écrit. 

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique